Boire un verre à Waterloo

Boire un verre à Waterloo

Pendant mes études à Kitchener-Waterloo, je voulais expérimenter tout ce que la région avait à offrir – dont le deuxième Oktoberfest au monde (mais ça, il faut y aller pour comprendre). Mon emploi du temps me laissait peu d’occasions de sortir du campus, mais je me suis tout de même permis quelques escapades dans le « vrai monde ». Voici quelques-uns de mes lieux de prédilection.

Le Duke of Wellington

Tapi tout près de la place publique de Waterloo, le Duke est un peu difficile à trouver (c’est à croire que ses clients aiment l’intimité). Mais quelques marches plus bas, on débouche sur un chaleureux pub qui propose une vingtaine de 20 bières pression et des concerts tous les week-ends – deux choses que j’adore! Entre les murs, on est carrément plongé dans l’histoire : le décor donne le ton! J’ai passé plus d’un samedi soir ici, avec une clientèle sympathique qui a toujours le cœur à la fête. Ajoutez à cela la bonne chère classique des pubs, et le plaisir est garanti!

Le Huether Hotel

N’allez pas essayer de prononcer le nom de ce pub à peine débarqué dans la ville! On peut le faire à l’anglaise, comme les gens du coin, mais aussi à l’allemande… Quoi qu’il en soit, la terrasse du Huether a vite occupé une place spéciale dans mon cœur pour prendre un bain de soleil, par ces chaudes soirées d’automne où l’on veut se convaincre que l’été n’a pas encore tiré sa révérence. Quand le temps se refroidit, on trouve à l’intérieur une variété de tables de billard, de billards électriques et de tables de soccer. Le splendide bâtiment de trois étages abrite aussi un café et un bar au rez-de-chaussée. Tout y est pour une tournée!

L’Ethel’s Lounge

L’Ethel a vite fait d’attirer mon attention avec son extérieur rétro (et le verre à cocktail de son enseigne néon). En bonne fervente de bars de ce style, je ne suis pas restée sur ma soif. La clientèle va du jeune branché au « p’tit vieux ». À l’intérieur, place à la créativité avec une collection éclectique d’autocollants de voiture, un billard électronique Charlie et ses drôles de dames, et des murs tapissés d’affiches de concerts classiques. Même si on y mange seul, la décoration murale ne nous donne pas le temps de nous ennuyer!

Le Muya

Trêve de bière le temps d’un petit détour à Kitchener : dans un centre commercial linéaire sans prétention nous attend le Muya Café Restaurant, un monde de couleurs et de saveurs exotiques. C’est là que j’ai découvert la cuisine éthiopienne, une expérience que je n’oublierai pas de sitôt! J’étais particulièrement intriguée par l’injera, sorte de pain avec lequel on s’attaque à de délicieux plats à partager. Je n’avais jamais rien goûté de la sorte! Du végétarien épicé à la viande mijotée, c’est succulent à en lécher l’assiette.


___________________________________________________________________________

Tina Barton est stagiaire en politiques publiques et en entrepreneuriat dans le cadre du programme de stages FCEI-Banque Scotia 2019. Elle travaille au bureau national de la FCEI, à Ottawa. Étudiante en maîtrise en développement économique et en innovation à l’Université de Waterloo, elle s’intéresse à la recherche et aux politiques liées au développement économique communautaire, à l’aménagement urbain durable et à l’économie environnementale. Avant d’entreprendre sa maîtrise, Tina Barton a travaillé dans les domaines du journalisme, du marketing et de la mobilisation communautaire.